Paris - Le Café de la Danse - le 16/01/2006

Le 16 janvier 2006, Marie Cherrier fait sa première grande scène parisienne en tête d'affiche au Café de la Danse avec ses fidèles musiciens Franck Dunas et Damien Jameau ainsi que Bruno au clavier et Benoit à la batterie qui viendront les rejoindre pour "Paysage Perdu".

En décembre 2005 Marie faisait la première partie des Wriggles au Trianon. Ce soir au Café de la Danse, c'est Marie qui est en tête d'affiche et la première partie est assurée par un "Wriggle" seul en scène avec son pianiste. Il s'agit de Franck Zerbib. Habitué depuis 11 ans à tourner avec les Wriggles, c'est ce soir la première fois que Franck se produit seul sur scène.


Rouliyouli une fan des Wriggles (et nouvelle pote de Marie Cherrier) nous raconte ses impressions sur cette première prestation de Franck Zerbib puis sur le premier concert de Marie auquel elle a assisté.

"C'est vrai que je m'attendais à quelque chose de pas trop mal, et même pas mal du tout, après avoir lu le petit extrait dont tu nous as fait profiter la semaine dernière, mais là, j'ai été vraiment très agréablement surprise !!!
J'ai adoré toutes les chansons (si si c'est vrai, c'est pas du faillotage) et particulièrement Sous Les Balles (je n'en ferai aucun commentaire pour laisser la surprise aux autres, si ce n'est que je ne m'attendais pas du tout à ça) et la chanson sur le p'tit garçon qui veut qui veut qui veut qui veut.


La première chanson sur le chanteur authentique nous a bien donné le ton, un Franckie comme on l'aime... on m'aurait pas dit que tu avais écrit cette chanson, je pense que je m'en serais doutée. J'ai beaucoup aimé aussi la 3ème chanson, dont je ne connais pas le titre, désolée, "je reprendrais bien un peu de vie, juste une goutte ou deux..." je crois que c'est le titre qui m'a le plus touchée. Et la dernière, que j'ai beaucoup aimé aussi bien que moins que les autres, Loulou baille, quelque chose comme ça... Faudrait nous donner les paroles, parce que je pense m'être emmêlée les pinceaux pendant le refrain... lol Et le pianiste !!!

Tout ça pour dire que cette nouvelle facette de toi me plaît bien, on a pu voir hier soir un Franck Zerbib au mieux de sa forme, une interprétation des textes, comme il sait si bien le faire, qui m'a encore une fois laissée sur le cul...
Bref, c'est avec un immense plaisir et une grande impatience que je reviendrais te voir le 5 février !!!
Bravo l'artiste !!!"

(Rouliyouli 17/01/2006)

"Ça y est, c'est fait, j'ai vu Marie Cherrier en concert... elle m'a même signé mon album (bon, d'accord après je n'ai rien trouvé de mieux à dire que "merci et euh... merci.. euh..., mais bon c'est déjà ça)...
Le concert était génial... on a pu apercevoir Antoine Rejasse et Olivier Volovitch dans le public... et bien sûr Franck Zerbib en 1ère partie (magnifique soit dit en passant).
Marie entre en scène, magnifique bien sur (dans la vie j'voudrais être elle)
1ère chanson, "gardez bien vos moutons", qui annonce la couleur dès le départ...

Ensuite elle enchaîne "Septième ciel", "Le curé" et "ni vue ni connue", que l'on connaissait déjà à l'écoute du cd. Puis, une chanson "Robert" écrite par son papa, il est fortiche aussi le papa... Suivie des "Baleines", que j'ai redécouverte sur scène... c'est une chanson que j'aimais plutôt sans plus sur l'album, mais quand Franck fait son solo de guitare et que Marie enchaîne avec l'accordéon, c'est magique... "Le Bistrot" (toujours aussi belle) et "Les chevaliers sans reproche" (nouvelle chanson, dans laquelle Marie manie une fois de plus le vocabulaire d'antan avec une incroyable facilité).

Ensuite, vient le moment de ma chanson préférée, "Marchands d'froufrous", une version différente de celle de l'album, et je crois qu'elle était encore mieux !!! Je pouvais pas demander mieux !!! "Paysage perdu", sur laquelle 2 autres musiciens sont venus jouer, et le public qui reprenait le refrain... en fait je pourrais pas vous dire s'il y avait beaucoup de monde qui chantait, mais moi j'étais dedans !!! lol
Le concert se finit avec une chanson de son papa "le café noir" (décidément, c'est officiel, il est très doué aussi, ça doit être de famille) puis 2 inédites : "Aquarelle et "la belle vie"...

Tout au long du concert on a pu voir Marie jouer de la guitare, de la basse, de l'accordéon, et parait-il qu'elle joue aussi du piano... tout ça avec une aisance...
Je n'ai qu'un mot à dire : bravo..."

(Rouliyouli 17/01/2006)

D'abord un très grand merci à Rouliyouli pour ce témoignage. Avant de vous laisser avec quelques photos, je voulais juste rajouter quelques unes de mes impressions. Contrairement à Rouliyouli, je ne voyais pas Marie et le trio magique pour la première fois.
Qui a rigolé ??? Personne... ah bon. je préfère...
Et une fois n'est pas coutume, Franck, Damien et Marie ont encore beaucoup bossé pour nous présenter 13 titres avec une grande maitrise. Marie a encore progressé au niveau interprétation. Je ne l'avais encore jamais entendue interpréter de cette manière "Le café noir", chanson magnifique écrite par son papa et qu'elle chante depuis si longtemps. Marie, arrete de me faire pleurer s'il te plaît... je ne vois plus rien dans l'objectif après !
Le final des Baleines est devenu une petite merveille qu'on voudrait qui ne cesse jamais.
Un grand merci à Bruno et Benoit d'avoir donné encore une nouvelle dimension à "Paysage perdu" sur scène.

Marie réussit à gérer un trac bien compréhensible... Tête d'affiche à Paris dans une salle de 300 personnes à 21 ans... Il faut être monté soi-même sur une scène pour comprendre tout ce qui peut passer dans la tête de l'artiste à un tel moment.
Il en est de même pour Franck qui confiait à des proches quelques minutes avant le concert "Qu'est-ce que je fais là, j'aurais dû continuer à être prof de math..." (ce que faisait Franck avant de tout arrêter pour la musique).
Et bien non Franck, avec ce que tu nous as encore fait vivre ce soir là, tes intros, tes solos, tes nouvelles chorégraphies avec Marie et tes choeurs, on ne va pas te laisser retourner enseigner de si tôt.
Quant à Damien, allez savoir ce qui se passe dans la tête de cet extra terrestre dont la manière de caresser des bouts de bois ou les peaux de ses percus n'a de comparable que sa gentillesse naturelle.

Damien, Franck, Marie, vous l'avez fait ce concert qu'on attendait tous depuis si longtemps.

Merci à vous trois.

 

BenWink - le 24/01/2006

Marie CHERRIER - Site NON officiel
Site Meter
visiteurs depuis le 31 mars 2005